Les nouvelles bases

Une société basée sur l’épanouissement individuel

Certains sont très heureux au travail. C’est très bien. Ils pourront continuer sans rien changer s’ils le souhaitent, mais avec le revenu universel qui viendra se rajouter à leur rémunération.

Ils pourront néanmoins baisser leur temps de travail à 28h hebdomadaires, et profiter d’un peu de temps libre pour d’autres activités professionnelles ou personnelles. Leur rémunération sera alors diminuée en fonction, mais ils percevront le revenu universel, également dans son intégralité.

Ceux qui ne s’épanouissent pas dans leur travail pourront choisir de le quitter, complètement ou en restant à 28h, ou bien en diminuant encore sa durée avec l’accord de l’employeur. Ils percevront dans tous les cas le revenu universel, et conserveront alors leur emploi actuel, qualifié d’alimentaire, comme complément de revenus.

D’autres choisiront des voies plus artistiques ou sportives, dont ils pourront, ou non, tirer des revenus. Dans tous les cas, ils pourront s’épanouir dans leur art avec au moins la certitude de percevoir le revenu universel et de pouvoir vivre dignement.

D’autres enfin s’épanouiront dans des activités caritatives, d’études ou même plus contemplatives, en percevant le revenu universel. Dans de nombreux cas, une petite activité complémentaire, même qualifiée d’alimentaire, leur suffira pour vivre « normalement ».

Quant à ceux qui sont aujourd’hui en marge de la société, ils auront à faire le même travail sur eux-mêmes, ils auront à réfléchir sur le sens de leur vie… à la différence près qu’ils auront un toit sur la tête et n’auront plus le ventre vide.

Les retraités toucheront également ce revenu universel qui se rajoutera à leur retraite actuelle, garantissant enfin une fin de vie digne.

Bien évidemment, les personnes sans ressources ou en situation de grande pauvreté retrouvent immédiatement des conditions de vie dignes, par le versement de ce revenu universel.

Vous pensez que ce modèle va encourager les gens à ne plus travailler? Bien au contraire, les tâches ingrates seront mieux rétribuées, et le salaire ajouté au revenu universel procurera un véritable pouvoir d’achat. D’autre part, quand patrons et salariés sont heureux, l’entreprise représente un cadre privilégié d’épanouissement personnel.

Une société basée sur le respect de l’environnement, de la nature et de l’animal

L’agriculture, dorénavant durable, doit être libérée de l’utilisation pathogène des pesticides, insecticides et autres biocides.

Les cultures OGM doivent être rendues illégales, comme l’utilisation des pesticides et autres biocides.

Tous les élevages et techniques de pèche seront soumis à de nouvelles normes garantissant le respect de la faune et de la flore. Les antibiotiques et autres apports alimentaires de synthèse ou ne correspondant pas à l’alimentation naturelle des animaux seront proscrits. Autrement dit, l’alimentation bio va enfin redevenir la norme.

Sera actée la véritable transition vers les énergies renouvelables.

Un nouvel indice prioritaire: l’indice de bonheur de la population

A l’instar du Bhoutan, il sera établi un nouvel indice majeur pour mesurer la sensation de bonheur de la population. Celui-ci supplantera tous nos indices de croissance actuels, dans un monde nouveau où il est grand temps au contraire de parler de décroissance. Il ne s’agit pas d’un retour à l’obscurantisme, mais de considérer les perspectives de croissance personnelle et spirituelle plus importantes que la croissance économique. Il y a suffisamment de personnes riches et célèbres qui se suicident pour illustrer ce propos.

De nouvelles règles du jeu simples, compréhensibles et justes

La France, championne du monde de la complexité des règles administratives, fiscales, sociales, des dispositifs divers et variés… Remplacer la taxe professionnelle par la CFE et la CVAE par exemple. Pour combien d’employeurs est-ce clair??? Surtout quand à l’arrivée la somme des 2 est supérieure à cette taxe professionnelle qu’elle devait simplifier et alléger… Sans parler des mesures rétroactives qui changent les règles du jeu et mettent les citoyens et acteurs économiques devant le fait accompli. Les nouvelles règles du jeu seront simples, compréhensibles et justes. De cette façon elle pourront être acceptées.

Une démocratie plus directe

Il est temps de permettre une plus grande représentativité des différents courants de pensée par un changement des modes de scrutin.

Il est temps également d’associer davantage le citoyen à la prise de décision, avec un tiers des représentants du peuple désignés par tirage au sort.

Il est temps également de permettre à la population de pouvoir soumettre par referendum une proposition de loi, une abrogation de loi, ou une révocation d’élu: Le référendum d’initiative citoyenne.

L’heure est à n’en pas douter à l’abolition de certains privilèges, et à la traque des injustices les plus flagrantes. Les moyens d’investigation actuels le permettent. Nos élites vont devoir être exemplaires pour être respectées. Mais cette société nouvelle n’a pas vocation à générer profiteurs et fraudeurs, bien au contraire…